Etats unis, Iran: des relations compliqués

Publié le par hugambrules

L’Iran réintégré dans le marché mondial et dans le concert des nations, un évènement qui change la donne internationale.

Le peuple iranien espère que ces négociations signifieront la fin de l’embargo qui entraînait un appauvrissement massif et l’absence de médicaments, provoquant de nombreux morts, notamment chez les enfants et les femmes. Mais, toutes ces années d’embargo des grandes puissances ont bien montré que la misère de tout un peuple n’est nullement un problème, pour les grandes puissances comme pour le régime iranien.

Aujourd’hui, on voudrait nous faire passer un accord provisoire de limitation de la production d’uranium enrichi pour une nouvelle donne mondiale pour la sauvegarde de la paix et du développement économique mondial ! Comment croire que l’impérialisme ait pour but la sauvegarde de la paix dans la région alors qu’il n’a fait qu’y semer la guerre. Pouvons-nous oublier que la guerre Iran-Irak, l’équivalent meurtrier de la première guerre mondiale, a été voulue, financée et armée par les mêmes grandes puissances qui se disent pacifiques comme la France, l’Angleterre et les EU? Comment croire ces puissances qui ont soutenu Saddam Hussein, dictateur d’Irak quand il menait la guerre à l’Iran ou quand il menait la guerre à son propre peuple, aux chiites et aux kurde ? Comment les croire dans leurs buts pacifiques, elles qui ont mis toute la région à feu et à sang, notamment en finançant successivement l’un puis l’autre des belligérants au gré des bataille pour que le conflit dure un maximum de temps.

Les vrais enjeux sont tout autres. L’impérialisme a à nouveau besoin d’un gendarme dans cette région du Moyen-Orient et les anciens gendarmes se sont usés à la tâche. Les grandes puissances n’arrivent pas à se tirer du guêpier irakien pas plus que de celui de Syrie. Ils ne trouvent même pas le moyen de gérer la situation en Afghanistan, au Liban ou au Kurdistan. Il faut dire que le stratège Georges Bush a compliqué l’affaire. Alors que l’Iran est l’ennemi n°1 dans la région depuis 1979 et l’avènement de la république des mollahs. Bush a réussi le tour de force d’éliminer les adversaires direct de l’Iran : à l’est les talibans et à l’ouest Saddam Hussein.

Du coup toute la région où existent une majorité chiite pourrait d’emblée se trouver sous l’influence iranienne ! Un gendarme iranien leur tirerait une épine du pied même si ce gendarme mènerait de nouvelles guerres comme une guerre Iran-Irak, retour de l’ancienne guerre Irak-Iran, avec un soutien impérialiste inversé !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article