A temps égal de travail, salaire égal

Publié le par hugambrules

Les notaires, huissiers, pharmaciens, pilote de l’air, greffier étaient dans la rue ces derniers temps. On aurait pu être tenté d’appeler cela la révolte des nantis. En effet sur la base des déclarations fiscales 2009 des professionnels libéraux, l’UNALP chiffre les différents revenus médians à 14650 € nets par mois pour un pharmacien, 13119 € nets par mois pour un huissier, 17 631 € nets par mois pour les notaires, 25000 € nets par mois pour les administrateurs judiciaires, 29000 € nets par mois pour les greffiers de tribunal de commerce

Ces chiffres donnent juste le tournis pour une grande partie de la population. Ils ont au moins l’avantage de se faire poser la question ce que peut justifier des salaires exagérés.

Les études ? C’est carrément injuste car en général ceux qui ne poussent pas les études trop loin sont ceux soit qui n’ont pas été poussé soit que leurs parents n’en avaient pas les moyens de les poursuivre. D’autant que le souvenir que j’en ai, les études ce ne sont pas que des mauvais souvenirs…

La responsabilité professionnelle ? Responsabilité rime souvent des métiers plus palpitants. Autant dire que cela représente un double avantage.

La compétence ? Alors on va me dire oui mais un chirurgien ils sauvent deux ou trois vies par semaines, c’est normal que son salaire soit plus important. Alors puisqu’il y a des gens qui sont si forts que cela, ce qu’il va faire le chirurgien, en sortant du bloc, il va faire son pain, et puis il va construire sa voiture et il va bosser le droit le jour où il divorcera. Chirurgien ou pas je pense que chacun a son utilité. Et il vaut mieux un bon boulanger qu’un mauvais chirurgien.

La prise de risque ? Racheter un fonds de commerce coute très cher !! Soit, alors supprimons là et faisons en sorte que celle-ci ne soit pas du fait d’un individu visant la bonne affaire mais plutôt que cela colle au besoin de la population.

Du coup il ne reste qu’un seul paramètre le temps. Mais là aussi il faut réguler, non seulement en baissant le temps de travail à 30h mais aussi en imposant une norme supérieure pas plus de 40h

Sincèrement, je ne comprends pas comment un pays qui se targue d’avoir sur tous les frontons des mairies le mot égalité tolère un facteur supérieur à un facteur trois concernant les émoluments.

Le temps de travail reste toujours, même si la valeur d'échange disparaît, la substance créatrice de la richesse et la mesure des frais qu'exige la production. Mais le temps libre, le temps dont on dispose, soit pour jouir du produit, soit pour se développer librement, voilà la richesse réelle...

le développement libre des individus, et du même fait non pas la réduction du temps de travail nécessaire en vue de créer du surtravail... mais de façon générale la réduction au minimum du travail nécessaire de la société, à laquelle correspond alors la formation artistique, scientifique, etc. des individus grâce au temps devenu libre pour tous et aux moyens maintenant disponibles à tous » . Et dans Le Capital il rajoutait que « /a réduction du temps de travail est la condition fondamentale de la liberté » . Le même souci se retrouve dans l'oeuvre de Lénine : dans L'État et la Révolution, il insistait sur le fait que la réduction du temps de travail, dès l'immédiat après la révolution prolétarienne, était dans un premier temps même une nécessité politique, en tous les cas « le moyen de permettre à tous de remplir les fonctions publiques. Et c'est ce qui conduira à l'extinction complète de tout État en général » .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article