25 ans apres la chute du mur

Publié le par hugambrules

C’est une constante historique, les hyperpuissances sur le déclin n’ont plus aucune bonne solution pour perpétuer leur hégémonie, quoi qu’elles fassent, elles agissent contre leurs intérêts. Quand on pense que les Etats-Unis tenaient le monde dans leur creux de leur main à l’effondrement du bloc soviétique, c’est hallucinant de voir où ils en sont, des coalitions se constituent contre eux de partout et leurs vassaux les plus serviles dont la France se posent quelques questions. A la fin de la 1ère guerre du golfe, au début des années 90, personne ne se posait la moindre question, c’étaient les boss, les parrains, certains visionnaires allaient même jusqu’à parler de fin de l’histoire.

Mais malheureusement il est exclu que l’Empire s’effondre de lui-même, tout doucement, sous le poids de ses dettes et de ses contradictions internes. L’empire ottoman a été démembré après sa défaite au cours de la Grande guerre. L’Empire britannique a capitulé après l’indépendance de l’Inde. L’empire français a définitivement battu en retraite après l’Indochine et l’Algérie. L’empire américain s’accroche, s’arme et résiste à son inéluctable rétrogradation. Ce sont des bêtes blessées dont il faut se méfier davantage.

Au niveau géopolitique, les dirigeants états-uniens sont confrontés à un casse-tête chinois (c’est le moins que l’on puisse dire). D’un côté, leur stratégie s'appuie sur l’isolation de la Russie vis à vis de l’Europe car une entente continentale entre les puissances européennes les a toujours terrifié, (l’UE existe précisément pour empêcher cela en vassalisant l’Europe occidentale). Et d'un autre côté, ils ont leur stratégie de containement de la Chine, dont le but est de contrôler ses approvisionnements en matière première. Mais naturellement le refoulement de la Russie hors d’Europe entraine celle-ci a regardé vers l’Asie, d’autant plus vite que la demande énergétique est la plus forte.

Le cas concret et brulant de l'Ukraine est instructif. Tout d’abord, le rattachement de la Crimée à la Russie a été vu comme l'étincelle. Il est vrai qu'en occident, grand connaisseur en démocratie, on trouve anormal qu'un pays se prononçant à 97% pour le rattachement à un autre (avec une participation de 85%) ne le soit pas. La peur des nouveaux maitres de la place Maïdan, notoirement antirusses, les a surement incités à s'éloigner de l'Ukraine, d'autant que le transfert de la Crimée à l'Ukraine est le fait de Khrouchtchev qui avait voulu célébrer le tricentenaire du rattachement de l'Ukraine à l'empire russe. Cette tentative de rogner sur le pré carré de la Russie n'est qu'une énième tentative d'intégrer un pays du pacte de Varsovie à l’Otan. La Russie ne pouvait rester les bras croisé du fait de la large minorité russophone et de l’importante base navale militaire russe à Sébastopol. Apres la Géorgie en 2008, cette tentative fut celle de trop. Elle n’a fait que réveiller les défenses immunitaires de la Russie. A moins que son objectif eut été d’affaiblir l’Allemagne et dans une moindre mesure la France. En effet le commerce des Etats-Unis avec la Russie est négligeable ; aussi la Maison-Blanche a-t-elle systématiquement cherché à provoquer le Kremlin. La rupture des liens entre l’UE et la Russie porte un coup sévère au capitalisme allemand qui exporte massivement et qui est cruciale pour les matières premières.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article