Gloire au peuple cubain

Publié le par hugambrules

Il aura fallu 11 ans pour que les Etats-Unis reconnaissent l’Union soviétique ; 19 pour le Vietnam et 23 pour la Chine. 55 années se sont écoulées depuis le renversement de Batista, et Washington par la voix d’Obama, viennent de reconnaître l'échec de l'embargo criminel qu'ils avaient instauré contre le peuple cubain depuis plus de 50 ans. Ce blocus a eu pour but d'affamer le peuple cubain, de lui interdire d'importer les biens alimentaires et industriels, les médicaments et les équipements qu'il ne produit pas. Il a empêché Cuba de se développer. Il lui a causé de grands préjudices. Mais malgré cela Cuba a une espérance de vie, un taux d’alphabétisation ou une mortalité infantile bien meilleure que les états unis et a fortiori des pays d’Amérique centrale.

Obama a décidé de libérer les trois Cubains encore détenus dans leurs geôles depuis 1998. Deux d'entre eux avaient été libérés récemment suite à la grande campagne internationale de condamnation de leur détention arbitraire. Les 5 Cubains arrêtés avaient pour tâche d'infiltrer les groupes de contre-révolutionnaires cubains basés aux États-Unis, et protégés par le gouvernement étasunien, pour déjouer leurs plans terroristes criminels. L’exemple de l’avion cubain en 1976 qui avait été piégé par un terroriste (Luis Posada Carriles) qui a revendiqué le crime (et bien d’autre) et qui vit tranquillement aux états unis. Parmi les 73 victimes figurait l’équipe nationale d’escrime. En échange, Cuba a libéré les espions américains et les agents cubains à leur solde. Leur politique d'agressions militaires, d'asphyxie économique de l'île et de soutien aux activités subversives et terroristes de leurs agents a subi un échec retentissant. Le peuple cubain a résisté durant plus de cinquante ans. Il a subi des souffrances pour arracher ses droits à la dignité, au respect de sa souveraineté, au refus de l'exploitation capitaliste et à son droit à construire une société nouvelle, la société socialiste. Ses sacrifices ont encouragé les peuples d'Amérique Latine à tenir bon face au diktat états-unien et aux régimes fascistes sanguinaires installés par ses interventions directes ou indirectes. Il a montré à tous les peuples que la résistance à l'impérialisme paye, que l'impérialisme, fût-il le plus puissant de la planète, ne peut imposer la soumission à un peuple qui a décidé de vivre libre.

Cette première victoire contre l'impérialisme le plus puissant ne doit cependant pas faire croire qu'il a renoncé à faire plier le peuple cubain. Il continuera à exercer de très fortes pressions économiques, médiatiques, idéologiques pour obtenir par d'autres moyens ce qu'il n'a pas réussi à obtenir par son blocus criminel. Il continuera notamment d’essayer de débaucher des médecins compétents formés sur l’île pour pallier son système éducatif défaillant. S'il ne réalise pas le changement des orientations économiques et sociales de Cuba, il se servira de faire-valoir pour intervenir comme il le fait dans de nombreux autres pays, sous la bannière fallacieuse du soutien à la "démocratie" et aux "Droits de l'Homme".

En France, certaines personnes pensent de bonne foi que Cuba est une dictature car ils l’ont entendu au journal de France2 ou de France Inter ou lu dans libé et le Monde. Mais il ne faut pas se laisser enfumer. Pourquoi ces médias qui ne cessent d’essayer de nous convaincre du bienfondé du libéralisme en France, qui se réjouissent de la casse du monde du travail (35h, retraite, service public flexibilité), pourquoi ces gens-là, n’auraient pas envie d’essayer de discréditer la seule expérience socialiste dans le monde…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article