l’impérialisme, stade suprême du capitalisme

Publié le par hugambrules

Cette année est particulière car c'est l'année du centenaire du livre de Lénine « Impérialisme stade suprême du capitalisme ». Malgré ce siècle qui nous sépare, son raisonnement est toujours d'une actualité brûlante et permet de nous éclairer sur les problèmes contemporains. Lénine développe avec précision la “logique” du régime capitaliste, qui parvenu à son stade impérialiste, exacerbe les contradictions de classes, la concurrence entre capitaux et du coup la rivalité entre puissances mondiales pour l’hégémonie mondiale.

Lénine établit que le déploiement de la libre concurrence implique un développement intense de l’industrie, entraînant la concentration de la production et la formation de grands groupes monopolistes. Ces derniers tout en s'affrontant durement, s’entendent sur les conditions de vente, ils se répartissent les débouchés et fixent les prix. Ils dictent l’ensemble de la vie économique, ce qui conduit à la transformation de la concurrence en monopole. Hier comme aujourd'hui, ce sont eux le vrais détenteur du pouvoir.

Lénine montre aussi que l’interpénétration du capital bancaire et du capital industriel marque la naissance du capital financier avec son inévitable domination. En effet, le développement des monopoles ne pouvait s’effectuer sans le rôle des banques qui transforme le capital passif (l’argent) en capital actif (qui génère des profits). La phase impérialiste du mode de production capitaliste est caractérisée par la profusion du capital argent (crédit, monnaie) et par la profonde imbrication des différentes formes du capital, dont la forme primordiale restera toujours la forme de capital productif industriel et commercial. En effet, dans son cycle de reproduction le capital prend différentes apparences, sans pour autant changer de substance. Tantôt le capital épouse la forme argent puis machines-outils ou énergie ; puis, le capital devient marchandises ou services pour enfin se retransformer en capital argent marchand.

Le capitalisme classique se caractérise par l’exportation de marchandises, mais arrivé à son stade impérialiste, c’est l’exportation de capitaux qui prédomine. Les pays développés peuvent exporter des capitaux en grandes quantités, car ils en détiennent d'importants excédents, qu'ils ont beaucoup de peine à investir dans leur économie saturé en biens. C'est alors que l’exportation des capitaux devient ainsi un moyen d’encourager l’importation des marchandises à bas coup. Ceci permet de maintenir un taux de profit raisonnable (du moins temporairement) aux capitalistes. La Chine illustre à merveille ceci depuis 20 ans.

Lénine constate que le partage du monde entre les puissances exportatrices de capitaux implique un partage effectif des différentes zones du globe. Ce partage est toujours le résultat d’un rapport de force d’abord économique, diplomatique puis militaire. Mais comme le monde était entièrement partagé (ou presque) depuis le début du XXe siècle, la lutte pour les marchés et le contrôle des différentes zones du monde, a abouti au conflit de 14-18. Mais si le conflit fut désastreux pour la population, il fut au contraire une véritable bouée de sauvetage pour les capitalistes en sursis. En effet pour le grand capital, la guerre n'a que de grandes vertus. La principale est de supprimer une partie non négligeable des classes laborieuses qui pourraient être tenté par renverser le capitalisme. Il y a aussi, la perspective du champ de ruine encore fumant qui permettra aux capitaux surabondants de trouver enfin un débouché solvable lors de la reconstruction (cf les trente glorieuses, après 1945). Mais la crise économique du début du XXème siècle était telle qu'une seule guerre mondiale n'allait pas suffire. Lénine avait bien compris qu'une seconde guerre mondiale était inévitable. Il n'était plus de ce monde mais son anticipation allait se vérifier 15 ans plus tard dans la dramatique période de repartage de la deuxième guerre mondiale.

Aujourd’hui de nouveaux prétendants à un repartage se manifestent sur la scène mondiale ce qui laisse présager d'un triste futur. Partout les grands groupes impérialistes sont obligés de défendre leurs propres marchés, mais aussi se battre pour en gagner contre leurs concurrents et pour espérer maintenir leurs profits. Le combat est devenu permanent (Irak, Ukraine, Syrie, Libye, Afrique), ce qui ne correspond qu'aux combats annonciateurs de la prochaine guerre mondiale. De la même façon que la crise marocaine ou la guerre balkanique était annonciateur de la boucherie de 1914.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Robert 21/09/2016 14:07

a lire http://www.les7duquebec.com/7-au-front/les-vrais-patrons-sont-derriere-les-rideaux-quatre-traites-inegaux/