Bakounine était bien à notre dame des landes

Publié le par hugambrules

2014 est le bicentenaire de la naissance de Bakounine, qui est considéré comme le père de l’anarchisme. Son hostilité envers l'État était profonde. Il n’a jamais cru possible de se servir de l'État pour mener à bien la révolution et abolir les classes sociales. L'État, même s'il s'agit d'un État ouvrier, même s'il s'agit du gouvernement des savants ou des « hommes de génie couronnés de vertu », est pour lui un système de domination qui crée en permanence ses élites et ses privilèges. Le pouvoir étatique est forcément utilisé contre le prolétariat dans la mesure où celui-ci ne peut pas administrer tout entière l'infrastructure étatique et doit déléguer cette gestion à une bureaucratie. Avec le recul, on peut dire qu’il avait anticipé la dégénérescence de l’URSS.

Le rapprochement entre Bakounine et notre dame des landes, s’établit quand on connait sa propension à monter sur les barricades et de jeter des ancêtres des parpaings sur les ancêtres de CRS. Juste un petit exemple pour comprendre le bonhomme. Lors de révolution de février 1848 à Paris, Bakounine se trouve à Bruxelles. Les trains étant arrêtés à la frontière française, il part à pied et met trois jours pour arriver à Paris et s’expose dangereusement sur les barricades.

Concernant la manifestation de samedi dernier à Nantes contre l’Ayrault-porc, certains comités de pleureuse regrettent que celle-ci se soit soldé par de la casse (1million d’euros). A priori cela devrait réjouir ceux qui glorifie la croissance car qui dit casse dit rachat, qui dit présence de CRS dit injection dans l’économie locale. Le coût de mobilisation d’une compagnie de CRS (salaires, primes et heures supplémentaires) est estimé à 13 200 euros par jour, cela fait 3 ans qui sont là, faites le calcul on va pouvoir en racheter des lampadaires. Et bien non ce comité de pleureuse trouve que c’est de la gaspille, par contre dépenser un milliard d’euros dans un aéroport inutile, ça c’est de la croissance profitable.

Même si personnellement, il m’est biologiquement impossible, ne serait-ce, que de percer le moindre sac poubelle pour la simple raison que c’est un sac poubelle public, je trouve que cette casse est compréhensible et même salutaire. Compréhensible car ceci répond à un déficit de démocratie criant, salutaire car c’est ce genre d’acte qui au final permettra de faire avorter ce projet. Certes, cela n’empêchera pas que l’état arrose Vinci pour dédommagement, mais, on a déjà bien intégré que ce gouvernement avait comme projet d’assurer un transfert de fond public vers le privé. Mais qu’il nous laisse les prairies.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article